Les pierres naturelles pour l’estime de soi

Les pierres naturelles pour l’estime de soi

L’estime de soi : le paradigme du bien-être.

 

Se pose-t-on jamais la question ? Généralement, on se demande si les autres, la famille, les amis, ont une bonne estime de sa personne, mais on s’interroge rarement pour , à savoir, si l’on s’estime ? C ‘est pourtant la clé de nombreuses problématiques qui peuvent impacter à tous âges de la vie, de la petite enfance à l’âge adulte, l’équilibre émotionnel, le développement de la personnalité et, quelquefois, susciter des pathologies psychiques ou somatiques. Il faut donc se poser la question et tenter une approche…

 

La source, les expériences vécues.

 

Les interactions de toute personne avec son entourage commencent dès le plus jeune âge. Ainsi, un enfant qui ressent l’amour inconditionnel de ses parents va être dans un climat d’affection mutuelle de protection et pourra progresser dans ses apprentissages cognitifs en toute confiance.

En revanche, un enfant délaissé va petit à petit se refermer sur lui-même, sans pouvoir trouver de mots pour dire sa souffrance, avec cette résonnance : comment m’aimer si personne ne m’aime… Lorsqu’il commence son parcours scolaire, avec son pendant de réussites et/ou d’échecs, la façon dont son entourage familial et éducatif va pouvoir l’accompagner va créer un climat émotionnel favorable à son développement personnel. L’émergeance de l’estime de soi est initiée.

En l’occurrence, ce ne sont pas vraiment les bonnes ou mauvaises notes qui vont compter, mais la façon dont cet enfant va percevoir la réaction de ceux censés l’aimer et le protéger. Un désintérêt va l’enfoncer dans l’échec, une écoute compréhensive va l’aider à réussir.

A l’adolescence, les interactions vont migrer dans la sphère amicale et l’on connait les dégâts subis par un adolescent dans les cas d’harcèlement. Une tentative de suicide à cet âge est significatif de la perte totale d’estime de soi. On souhaite se supprimer parce que l’on a le sentiment de rien valoir.

Si l’on devait retenir une notion, c’est la totale corrélation, pendant l’enfance et jusqu’au début de l’âge adulte, entre l’éducation, complaisante, rigoriste, ou inexistante de la sphère familiale, sans évoquer la maltraitance dévastatrice, l’implication des enseignants et des éducateurs, et l’émergence d’un sentiment négatif ou positif, que l’être en devenir qu’est l’enfant, ressent pour lui même. Une bonne ou une mauvaise estime de soi vient de là et c’est sur ce terreau que le jeune adulte va aborder sa vie.

 

En psychologie, les différentes catégories d’estime de soi

Une forte estime de soi.

 

On peut énumérer les principales conséquences sur le plan comportemental, des personnes dotées d’une forte estime de soi.
– Confiance en soi, ses convictions, principes et choix de vie.
– Capacité à faire des choix, de s’engager sans les contraintes du regard des autres.
– Capacité d’aller de l’avant, de surmonter les échecs et les épreuves, de résoudre des problèmes, avec ou sans l’aide de l’entourage.
– Inaccessibilité aux manipulations de personnes malintentionnées.
– Interactions positives avec l’entourage familial et professionnel, avec une écoute altruiste et empathique.
– Respect de l’ordre social.
– Optimisme et curiosité dans la vie personnelle et professionnelle.
On retrouve souvent ce genre de personnalité chez les hommes de pouvoirs. Généralement, ces personnes s’épanouissent dans leur vie personnelle et professionnelle et ont une forte capacité d’attraction. Elles savent fédérer autour d’elles et sont des acteurs engagés dans tous sortes de projets.

 

Une faible estime de soi.

 

– Capacité d’auto dénigrement.
– Etat permanent d’insatisfaction, de frustration généralisée.
– Hypersensibilité aux critiques.
– Etat d’indécision chronique avec l’incapacité de s’engager.
– Perfectionnisme dans sa vie personnelle et professionnelle, avec les craintes de commettre des erreurs.
– Culpabilité, souvent liée à des ruminations des erreurs faites dans le passé.
– Irritabilité, avec des épisodes de colère injustifiée.
– Pessimisme sur sa vie, celle des autres ou sur le plan sociétal.
Souvent les personnes ayant une estime de soi négative, cumulent les échecs dans leur vie personnelle et professionnelle. Ce sont de vraies souffrances qui peuvent induire des comportements addictifs, alcool, drogue, etc., et même délictueux.

 

Aimez-vous, souriez à la vie, est-ce si compliqué ?

 

La confiance en soi, l ‘estime de soi sont des piliers du bien-être dans la vie. Mais cela n’est pas simple de l’admettre. Nous l’avons vu, l’enfance heureuse, une bonne éducation sont les racines d’une bonne estime de soi. Que se passe-t-il si on en a été dépourvues ?

C’est alors la nécessité d’une prise de conscience pour tenter de s’extirper de ces défaillances. Certains psychologues évoquent la notion de résilience pour se reconstruire, se réapproprier cette estime de soi qui va permettre d’accéder à un bien-être physique et psychologique et éviter ces 5 écueils.

 

1. Mauvaise hygiène de vie  :

Que cela concerne une pratique sportive, la façon dont on va se nourrir, une personne dépourvue d’une bonne estime de soi, va vite ne pas savoir se gérer et se caler sur des conduites dangereuses, Excès d’exercices physiques pour atteindre d’hypothétiques résultats, excès alimentaires ou anorexie. Cela montre une totale incompétence, parce que l’on ne se fait pas confiance, dans la maîtrise de soi-même, avec les conséquences sur le plan de la santé. Bref, sans une bonne estime de soi, on se met en danger en permanence.

 

2. Un mental « défaillant »prend le pouvoir sur le corps.

 

En médecine, on connait l’influence du mental sur la physiologie, cela a un nom, les effets psychosomatiques. La survenance de nombreuses maladies est liée à ce mécanisme que l’on maîtrise mal. Une estime de soi défaillante va générer chez la personne qui en souffre une mauvaise énergie, une incapacité à renouveler ses forces vitales On est constamment fatigué, avec des crises de narcolepsie la journée et d’insomnie la nuit.

 

3. Un état émotionnel de tension permanente.

 

Toujours aux aguets, sensible à tous les commentaires la concernant, une personne souffrante de défaillance de son estime de soi devient vite hypertendue, avec toutes les conséquences sur le plan de son système cardiovasculaire. Combien de maladies, d’infarctus du myocarde, d’AVC sont la résultantes d’années de tension permanente, d’incapacité à y faire face.

 

4. Perte de créativité et d’inspiration.

 

Comment peut-on imaginer un seul instant qu’une personne dans l’auto dénigrement va apporter crédit à sa créativité ? Même si, naturellement, elle se sent attirée par l’exercice d’un art, que cela soit la peinture, le dessin, ou même l’écriture, cela sera voué, inconsciemment, à l’échec. Pas d’épanouissement possible si on ne s’estime pas.

 

5. La dépression en bout de course.

 

C’est l’une des maladies les plus graves que l’on puisse connaître sur le plan psychiatrique. Et les conséquences peuvent être terriblement invalidantes pouvant conduire au suicide. Combien de conduites addictives sont dues à cette pathologie et bien souvent les consommateurs de drogue souffrent de dépression chronique qu’ils apaisent par la consommation de stupéfiants. En toutes hypothèses, la dépression est toujours liée à la base à une absence totale d’estime de soi. Idées noires, renfermement sur soi, isolement, désocialisation… A ce stade, impossible d’en sortir sans aide.

 

Se faire aider.

 

Rien n’est jamais définitif. Pour sortir de cette nuit noire de la conscience, le recours à un psychologue est nécessaire. Lui seul saura comprendre les causes profondes de cette mauvaise estime de soi, afin que la personne qui en souffre en prenne conscience. De nombreuses techniques, analyse psychothérapeutique, hypnose, exercices de sophrologie, etc. pourront faire remonter de la mémoire enfouie des traumatismes afin de s’en libérer. Et c’est la clé d’une guérison. Cela nécessitera un vrai travail sur soi pour la personne mais elle pourra recouvrer tous les leviers qui sont normalement à sa disposition afin d’atteindre un nouvel état de plénitude et d’estime. Bref, aimer la vie, c’est bien-sûr aimer les autres mais avant tout, s’aimer soi-même.

 

S’ouvrir l’esprit.

 

Pour celles et ceux qui souhaitent acquérir de la confiance en soi, ce qui va déclencher un processus d’ une bonne estime de soi, sans être déjà dans un processus pathologique, il existe de nombreux livres traitant du sujet, avec des approches liées à des retours d’expériences pour certains, et des autres offrant aux lecteurs des méthodes afin de réapproprier sa vie. En outre, de nombreux ateliers sont proposés, animés par des spécialistes de diverses disciplines. Gagner en estime de soi, c’est aussi s’ouvrir l’esprit.

 

La citrine pour son coté solaire et très positif en lien ici https://bijouxminerauxdegaia.com/citrine/

La Labradorite https://bijouxminerauxdegaia.com/bijoux-labradorite/

L’oeil de tigre https://bijouxminerauxdegaia.com/bijoux-oeil-de-tigre/

Le quartz rose https://bijouxminerauxdegaia.com/quartz-rose/

Je suis à votre disposition pour toutes questions au 0661815199

Nous vous rappelons que les vertus des pierres ne remplacent pas un avis et un traitement médical adapté

Cet article, rédigé et mis en page par Benoit Boucher ,protégé par copyright ©.

Nous vous demandons aussi pour toute réutilisation.

De veiller aussi à mentionner aussi le nom de son auteur.

De diriger aussi un lien retour vers la présente page.

En vous remerciant aussi pour le respect du travail qui vous est transmit.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer